AMERICA'S GOT POWERS

america-got-power-3Suivi par des millions de personnes à travers le monde, America's got powers est une émission de téléréalité à laquelle participent des adolescents dotés de pouvoirs extraordinaires. Ces derniers doivent s'affronter jusqu'à la mort pour décrocher une place au sein du super groupe Générations Pouvoirs. Mais au delà du divertissement des masses, quels sont les les véritables enjeux de ce programme?

 

Cette BD me fait penser à ma mémé et je vais vous expliquer pourquoi. Ma mémé quand j'étais petiot se la jouait souvent maligne et essayait de me berner finement. Par exemple, un soir ou elle m'avait fait bouillir du lait dans une casserole pour me faire un bon Benco chaud et que de la peau s'était formé sur le dessus, elle m'avait dit que c'était le meilleur dans le lait et que les gens adoraient ça. J'ai gouté et j'ai bien senti que je m'étais fait avoir. Pour America's got powers, c'est un peu pareil. J'ai subi le battage médiatique précédant sa sortie: La nouvelle production de l'auteur vedette des Ultimates et d'Authority ! Bryan HITCH ! cela promettait du lourd ! Les gens n'étaient qu'impatience mal maitrisée à l'idée d'avoir dans leur panards de connaisseur le dernier blockbuster super héroïque.

mouais...

 Loin de moi l'idée de dire que AGP est une catastrophe. Mais il faut avouer qu'on est loin d'un chef d’œuvre. Plutôt même très loin.

Tout d'abord, n'est pas cool qui veut: Je ne sais pas où Jonathan ROSS (scénariste) a observé pour la dernière fois des humains, mais tous les jeunes ne ressemblent pas à sa vision de l'adolescent...(j’espère!) Tous les djeun's ne sont pas des poseurs finis souriants et beaux qui rêvent de se mettre sur la gueule comme des pitbulls en rut.. Pire encore, tous les adultes semblent n'être que des poseurs-comploteurs-avec des catch phrases de la mort-qui-tue, et bam ! Qu'on soit sénatrice, général ou scientifique, finalement, on se réunit dans une salle avec du schnapps et on se fout de la gueule du monde entier qui n'a pas vu venir notre plan secret. Léger scénaristiquement pour un comics qui se veut un tantinet réaliste (on part du postulat que de façon involontaire une bande de jeunes cons possèdent des pouvoirs, et que la téléréalité est le seul moyen de les contrôler! ).

Dans le monde de Ross & Hitch les gens cools s'envoient également un "connard" assez souvent, ben oui, Jessie Custer dans PREACHER le faisait bien,non?  Et que je sois damné s'il n'était pas cool, lui !

Ce qui m’amène a un deuxième point: Ce qui a marché un temps ne marche pas forcement à tous les coups (si c'était aussi simple de faire des  bon comics!) . Ok, on a adoré le ton irrévérencieux des Hawksmoore, Midnighter, Preacher, Constantine...mais bon il y a une limite aussi , non? Tous les personnages ne doivent pas balancer des "connards" tout le temps. C'est comme s'il y avait un quota maximum de personnage ayant ce profil, et à l'instant, juste là, curieusement, on l'a dépassé. Pour le scénario en général d'ailleurs, on est dans le même constat: Vu et revu. Je te mets un bon Hunger Games des familles avec du Supreme Power voir une louchée de Rising Stars pour la partie le pouvoir tombé des étoiles qui génère des super bébés, et je te mélange tout ça à la grosse truelle, avec une palanquée de caractères pas plus crédible que moi en basketteur.

 Mais quand même Bryan Hitch,  c'est du lourd au dessin non?

L'usine de fabrication de héros cool de Bryan Hitch.

L'usine de fabrication de héros cool de Bryan Hitch.

Oui et non. Oui car évidemment il y a une certaine technique qu'on connait tous pour avoir lu un paquet de ses productions, mais curieusement on s'en lasse du style Hitch. Moi en tout cas. Ses décors sont toujours beaucoup plus spectaculaires que ses humains, en même temps ça tombe bien: il n'y en pas beaucoup dans cette histoire, que des clones de gens cools. Et puis toujours le même reproche qu'à ses débuts: cette impression qu'il ne met pas la même application dans toutes ses planches. Ils sont peut être deux ? mais visiblement n'ont pas le même talent.

[icon name="book" class="" unprefixed_class=""] 90 pages | [icon name="calendar" class="" unprefixed_class=""] 2012/2015 | Panini Comics
Scénario4.6
Illustrations5.8
Ambiance4
Rythme4.3
Cohérence3.5
Top-Ten-O-Mêtre2.5
La peau du lait, c'est pas bon !!!
BANDE SON conseillée: MGMT / mgmt /2013
4.1
Notes des lecteurs: (0 Notes)0

Recommandés

X