DAREDEVIL: BORN AGAIN

daredevil-born-again-2Ça va mal pour Daredevil ! Son ennemi juré, Le Caïd, a percé à jour le secret de sa double identité. Il est en même temps rayé du barreau, son appartement est détruit et le voilà sans le sou dans la rue...

Tout commence avec Karen Page, première petite amie de DD dans les années 60/70. Elle avait quitté la série au bout d'une soixantaine d'épisodes en ayant découvert le secret de la double identité du héros et s’exilait le plus loin possible de Matt Murdock, ne pouvant assumer une relation aussi ambivalente. Sous la plume de Franck Miller, elle refait son apparition 15 ans (vraies années d'humains) plus tard. Sa carrière de starlette à totalement pris l'eau, et de film porno en rail de coke, elle a totalement sombré. Pour se payer son prochain fix, elle vend ce qu'elle possède de plus monnayable : un secret.

C'est ainsi que l'exact opposé de Daredevil (Matt Murdock), c'est à dire son pire ennemi, le Caïd (Wilson Fisk) va entrer en possession de l'information qui lui permettra de prendre définitivement un avantage sur son Némésis.

daredevil-born-again-4Le ton est donné, il fait d'emblée appel aux plus bas instincts de l’être humain, et la suite du récit ne va jamais être moins poignante. Mais le récit n'est pas construit de façon linéaire et la force de l’histoire de Miller est qu'au moment où Matt comprend petit à petit, il est déjà trop tard : Le Caïd (qui est accessoirement le numéro un de la pègre New-yorkaise) a œuvré en le faisant rayer du barreau (Matt est avocat), détourné ses comptes personnels, plastiqué sa maison, ruiné sa vie privé... Matt ne peut pas être plus bas. Le summum étant lorsque les deux gangsters de bas étages Turk et Grotto, généralement humiliés par Daredevil dans des scènes plus ou moins brèves des histoires de Miller, lui tendent un billet pensant qu'il s'agit là d'un SDF...

Matt finit par avoir des problèmes de santé et se retrouve avec d'autres sans abris dans un dispensaire, où le destin le place dans les bras d'une personne qui l'a connu il y a bien longtemps... Scénario impeccable, écriture soignée, récit parfaitement maîtrisé, voilà pour la trame principale.

(...)

Héros ordinaire

daredevil-born-again-3Mais au-delà de l'histoire de Matt et de sa rivalité avec Wilson FISK, de sa chute et de sa rédemption, il y a l'histoire de Ben URICH, journaliste du Daily Bugle dirigé par J. J. Jameson, (oui, oui le rédacteur en chef du journal où travaille Peter Parker, chez Marvel tout est relié !) qui lui aussi avait percé le secret de la double identité de Matt il y a quelques années, ce dernier  avait décidé de taire cette découverte pour que Daredevil puisse continuer son oeuvre : veiller sur les habitants de Hell's Kitchen. Dans l'histoire de Ben Urich, que le Caïd tient par la peur, le rapport entre les convictions et le courage se joue. La lente agonie de ses convictions face à la terreur qu'installe Fisk sur lui et qui étouffe sa volonté, et sa victoire finale. Les deux moments sont parfaitement dépeints et offre l'un des meilleurs moments de comics jamais imaginés. C'est ce héros là qui m'a énormément ému dans ce récit : pour moi, Ben Urich, simple journaliste, assez discret, maigre, bigleux, marié à une femme bedonnante, mais capable par déduction, par son travail acharné d’enquêteur, de comprendre que Matt et Daredevil ne font qu'un (et pas par un tuyau ou une découverte hasardeuse), est resté le héros de ce Born Again... Celui qui ose, contre l'empire immense de la terreur auquel il décide finalement de s'opposer, de ne pas céder à ses émotions et de rester fidèle à ses convictions. Celui qui deviendra comme Matt, un homme sans peur, ou du moins un homme qui ne cède pas face à ses peurs.

daredevil-born-again-5

Mon premier contact avec les illustrations David Mazzuchelli m'avait fait hurler d'horreur ! Quelques mois après j'étais un fan absolu. Il y a quelque chose d’extrêmement intense dans ses graphismes, mais cela ne se fait pas sans un travail de préparation. Mazuchelli est un maître mais son travail ne ressemble tellement pas à ce qui se fait dans les comics Mainstream qu'il m'a fallu ce temps d’adaptation. Aujourd'hui, je déguste ses planches comme un vin d'une finesse absolue. Les mouvements de ses héros en pleine action sont stratosphériques, les décors splendides, l'ambiance unique.

Daredevil a inspiré de nombreuses sagas absolument géniales : le premier run de Miller, avec le meurtre d'Elektra par Bullseye, le passage d'Ann Nocenti et John Romita Jr, la rencontre avec Typhoïd Mary, le long run par Bendis et Alex Maalev où son identité est mise à mal par l'ensemble de la presse cette fois-ci, et où son état mental déclinera encore, les récits courts par David Mack, sa rencontres avec Echo... Mais ce Born Again restera pour moi comme le plus grand de tous par la puissance des émotions qu'il a pu susciter en moi...

Un récit âpre, violent et fort mais surtout profondément humain.

[icon name="book" class="" unprefixed_class=""] 200 pages | [icon name="calendar" class="" unprefixed_class=""] 1988/2015 | PANINI Collection xx
Scénario9.1
Illustrations9
Ambiance9.2
Rythme9.5
Cohérence9.4
Top-Ten-O-Mêtre9.7
Un récit d'une intensité incroyable. Tout y est parfaitement maîtrisé. Aucune hésitation à avoir : il s'agit de l'un des meilleurs story-arc de tous les temps. Une œuvre magistrale.
Bande son conseillée : Ludwig Van Beethoven / 7ème Symphonie / Allegretto / 1816
9.3
Notes des lecteurs: (3 Notes)9.3

2 comments

Recommandés

X