X STATIX

x-force-3Le premier choc avec X-Statix est visuel: C'est simple, soit on adore les illustrations de Michael Allred , soit on les déteste. Je conçois qu'elles peuvent déstabiliser de prime abord, on peut aussi les trouver super ringardes, complétement datées... ou alors se rendre compte de l'ironie fantastique qu'elles dégagent, du vent frais qu'elles amènent.. A mi chemin entre l'hommage au King Kirby, et les pubs vintage qui nous font sourire. Mais derrière les dessins, tapis dans l'ombre, les scénarios de Peter Milligan nous  accroche et nous laisse pantois pendant un bon moment. Tout ou presque est passé en revue pendant le run : Le monde du show-bizness, la société de consommation, le racisme (Tike Alicar a.k.a. L'Anarchiste qui dit qu'être un mutant noir, c'est être encore plus noir que noir), les préjugés... Chaque épisode est une merveille de narration intelligente, chaque épisode amène autant de surprises qu'il nous laisse d'émotions. (Et dire que cette série commençait au même moment et dans le même magazine que le parfaitement dispensable X-treme X-men qui trustait les couvertures mois après mois!)

x-force-4X-Force (première appellation) puis X-Statix (titre qui est resté dans les mémoires), est dirigé comme un boys-band: lors des briefings d'avant mission, il est d'ailleurs plus question de public-cœur de cible et de parts de marché que de tout autre sujet, l'espérance de vie est limité dans le groupe et on brule la chandelle par les deux bouts pour compenser: vivre vite et vivre fort... X-Statix c'est le comics d'une nouvelle génération, on ne prend ni soin de son identité secrète ni même de son lendemain: c'est aujourd'hui que la gloire, la célébrité et l'argent frappent à la porte, et rien n'est plus important semble t-il. Certains moments font la part belle à des prises de tête que n'aurait pas renié un fan de télé-réalité, et on se découvre d'ailleurs des bons relans de Loft Story par ci, par là...

Mais derrière tout cela, le talent de Peter Milligan va faire que chaque personnage nous semble extrêmement humain, à la fois par la bassesse de ses intentions mais également par la réalité touchante de ses émotions souvent contenues (ou clairement exprimées). Tout le monde veut son quart d'heure de gloire, mais chacun a peur de mourir... Tout le monde à des répliques qui tue mais chacun sa fêlure qui le rend fragile.

x-force-2Dès le premier épisode, Milligan fait table rase du passé avec 90% de l'équipe décimée lors d'une mission qui vire au cauchemar et nous montre que dans son univers n'importe qui peut y passer n'importe quand. L'équipe va donc se reconstituer  petit à petit sous les yeux du lecteur, laissant apparaitre toutes les tensions au sein d'un groupe.

Et pour les tensions, l'auteur se lâche en s'amusant avec tous les clichés possibles: Guy Smith (alias l'Orphelin), mutant hypersensible et dépressif est le personnage central, à ses cotés un lycanthrope intellectuel gay (Vivisector) un caïd élastique (Phat), une téléporteuse droguée ( U-Go Girl) et un black à la peau acide ( L'Anarchiste). Cette équipe va intégrer deux nouveaux membres : Dead Girl et Spike.

De temps à autre on retrouve aux dessins un invité de génie, Duncan Fegredo, Darwyn Cooke ou Paul Pope, preuve que cette série était avant-gardiste et totalement hype. Elle se relit avec toujours autant de plaisir et d'émotion presque quinze après ( quinze ans, bordel!). Vous pouvez la choper dans le magazine mensuel X-Treme X-men (Semic France) avec beaucoup de patience, ou plus simplement si vous avez fait anglais première langue, il existe un Omnibus en version originale avec l'ensemble de la série que je ne saurais que trop vous conseiller.

Scénario7.7
Illustrations7.6
Ambiance7.5
Rythme7.7
Cohérence6.8
Top-Ten-O-Mêtre8.1
Un scénario habile, mélange de critiques féroces et de personnages attachants, avec un soupçon d'action et de cynisme, le tout rehaussé par des dessins originaux.
Bande Son Conseillée: Chokebore / Black Black / Sunshine of my life / 1999
7.6
Notes des lecteurs: (3 Notes)8.5

1 comment

  1. Bruce Lit 17 février, 2016 at 22:31

    Longue vie à Topten comics. Très belle maquette aérée et bien pensée !
    X-statix, oui, c’est du haut de gamme, la dernière fois à mon sens a réellement abordé correctement la métaphore raciale et sociale.

X