NAT TURNER

La couverture du recueil est emblématique.

La couverture du recueil est emblématique.

Nat Turner est né dans une petite exploitation prospère de Virginie. Sa mère, venue d'Afrique, lui inculque une haine féroce de l'esclavage. Travaillant comme charpentier dans les plantations, il est vendu deux fois, en 1820 et autour de 1830, alors qu'il espère être libéré. Il commence à répandre les idées défendues par le sénateur Rufus King de New York et par les quakers, selon lesquelles l'esclavage va contre les lois de la nature, donc contre les lois de Dieu ; il décide alors de faire de l'émancipation le grand but de sa vie.

Le 22 août 1831, Turner, à la tête d'un groupe d'une cinquantaine d'esclaves armés, se rend de maison en maison pour libérer les esclaves, massacrant en deux jours plus de cinquante Blancs, dont beaucoup de femmes et d'enfants. La réaction est aussi rapide que brutale. La milice locale traque les rebelles et la plupart sont condamnés à la pendaison. Turner réussit à s'échapper avant d’être lui aussi cerné. Jugé et reconnu coupable, il est pendu et son cadavre écorché, décapité et écartelé. Nat Turner a dicté en prison ses confessions à son avocat Thomas Gray le 5 novembre 1831, auquel il déclare : "mon but était de porter la terreur et la dévastation partout où nous allions". C'est de ce récit que l'illustrateur/scénariste Kyle Baker extrait cet album de 200 pages totalement ovni-esque dans la paysage comics-ien mondial (je viens de déposer l'expression).

Nat-Turner-5Si l'histoire américaine (notamment dans les manuels scolaires) a fait l'impasse sur Nat Turner*, c'est en raison de la violence du geste: Un noir, si esclave soit-il, pour revendiquer sa liberté, tuant des blancs, c'est in-montrable aux jeunes américains en culottes courtes. C'est un peu comme si nous avions fait l'impasse sur la Révolution française  pour cause de décapitations trop nombreuses. Mais ici la tentative de révolte (on ne peut pas parler ici de révolution) a été matée, l'esclave  provoquant cette rébellion a été tué. Si Nat Turner aura eu un impact sur l'histoire de l'esclavagisme il n'aura jamais pu en mesurer les effets lui même. Il faut féliciter l'intention de l'auteur: Ne pas laisser un personnage historique dans l'oubli ou la méconnaissance. C'est ce que nous enseigne l'Histoire: Bonne ou mauvaise, les faits importants doivent être consignés, de façon juste et impartial, pour témoigner de l’événement. En cela, le récit de Kyle Baker tente de réparer cette injustice. Bien entendu, l'histoire de Nat Turner (le comics) est interprétée et romancée, il convient donc de relativiser les faits décrits... Cependant c'est de l’existence du personnage historique dont il est d'abord question. Ne pas taire, ne pas nier, rapporter un événement: la volonté particulière d'un homme de devenir libre,  et ainsi lui laisser cette petite pierre à l'édifice de l'histoire nord américaine, si petite soit elle.

Nat-Turner-1Nat Turner est une histoire livrée avec sincérité par son auteur, succession de vignettes minuscules ou prenant place sur deux pages, entièrement en noir & blanc, avec un rendu crayon/crayon gras inspiré des gravures de l'époque, et sans bulles... Seul un peu de texte tiré des confessions du héros sont reprises de temps à autre. Autant dire que sa lecture n'est pas facile. Mais l'intensité des illustrations et du propos donnent un allant extraordinaire à ce comics unique en son genre.

*Pour ceux qui veulent aller plus loin sur le sujet: Voir la page de l'UNESCO sur "briser le silence sur la traite négrière" dont le but vise à revoir le programme éducatif mondial sur cette thématique.
X