WALKING DEAD / TOMES 22-23

A partir du #22 Carl, le rejeton de Rick, est sous le feu des projecteurs.

A partir du #22 Carl, le rejeton de Rick, est sous le feu des projecteurs.

Dans les vingt-deux premiers volumes (pour ceux qui ne connaissent VRAIMENT pas la série. Mais ou étiez vous ces cinq dernières années??): [L'apocalypse zombie a eu lieu. Sans prévenir. Seuls quelques petits groupes de femmes et d'hommes tentent de sauvegarder un semblant de civilisation -et surtout ce qu'il leur reste d'humanité- dans un monde ou la seule règle consiste à survivre jusqu'au lendemain. Rick Grimes est un ancien policier. Il dirige une communauté qui s'est organisé pour préserver ce qui commence à ressembler à une existence normale. Ils se sont heurtés à une autre faction dirigé par le terrifiant Negan, jusqu'à ce qu'une véritable guerre oppose les deux camps. Rick et les siens ont fini par gagner. La guerre est terminée. Le temps de rebâtir est venu...   ]

Une autre vie a commencé pour les survivants de la terrible guerre contre Negan. Mais cette nouvelle ère de paix et de prospérité semble déjà être menacée par un nouveau type d'ennemi. Un ennemi qui marche parmi les rôdeurs. Un ennemi qui transforme les murmures en cris. Un ennemi qui rend le futur incertain. Un face à face se prépare, qui risque d'être encore plus violent que les précédents.

walking-dead-2

Fait pas bon s'attacher à tel ou tel personnage...

Après une lecture de Walking dead je me sens toujours un peu perturbé, mes émotions sont constamment ambivalentes: Je pense à la fois à me cloitrer à l'intérieur, à vérifier mes serrures et la solidité de ma porte d'entrée, à sécuriser mes accès vers de la nourriture éventuelle, voir de stocker des médicaments en grande quantité, aux réactions potentielles des gens de mon immeuble si le monde basculait, mais je vois aussi le monde présent comme s'il était magnifique. Le bonheur de l'oisiveté: Regarder le plafond est juste génial,  m'emmerder devant samedi sport me parait grisant, Walking Dead me donne envie d'aller sortir boire un coup sur une terrasse et mater les jambes des filles...A chaque nouvelle lecture je replonge dans cette terrible angoisse. (même si je suis un bon client pour ce genre de trip, il faut avouer que l'ambiance est extrêmement réussie, et l'univers du récit parait vite très crédible.) La contrepartie étant que 23 volumes ( 135 épisodes en v.o.) c'est long, et pour conserver le chaland tout au long de cette saga, et donc préserver l’intérêt du lecteur, il faut déployer des trésors d'imaginations et être talentueux ce qui n'est pas donné à tous (syndrome dit de Mac Farlane). Le secret pour durer c'est donc de se renouveler, et toute la question à l'orée de ce volume est de savoir si Robert Kirkman en a la trempe, ou s'il suivra le créateur de Spawn dans les méandres de la bonne série qui s'enlise et se transforme en feuilleton de mémé.

Pari tenté et pari réussi

walking-dead-1Par deux fois je me suis arrêté de lire cette saga, la première par lassitude pensant que le récit aller s'embourber (aux alentours du tome 12) et une autre fois par trop forte immersion (la mort de Glenn m'avait profondément abattu). Je dois avouer que la capture de Negan  m'avait tellement soulagé que  je me serais bien contenté d'en rester définitivement à ce statu quo. Et ils vécurent heureux jusqu'à la fin des... Que nenni! Kirkman remet ça... Les années ont passé mais l'angoisse demeure. Alors que je replonge dans le récit, je redécouvre l'irrémédiable... ils vont mourir! Un jour ou l'autre.. ce n'est qu'une question de temps, alors pourquoi continuer? aaaargh! (Pose ce bouquin et va cueillir des fleurs dans un champ!!! Mais je ne peux pas, c'est comme une drogue...) Les problèmes se mettent en place doucement autour de Rick et sa bande, silencieusement, sournoisement. La structure s’agrandit et accueille de nouveau membres (dont on ne peut que se méfier bien sur!!), certains personnages peuvent disjoncter, c'est dans l'air, Carl exige de l'indépendance et s'éloigne en distance, ce connard absolu de Negan va finir par sortir de son trou, des nouveaux dangers inconnus se profilent... ça y est, l'angoisse est à nouveau dans mon corps..c'est trop tard...je veux connaitre absolument la suite...Kirkman est un démon.

walking-dead-4J'ai comme l'impression que c'est le run final (attends, je n'avais pas déjà cette impression au moins 8 fois auparavant??), que tout se met en place pour exploser...et j'ai peur de voir tout ce que la communauté à réussit à faire depuis des années partir en sucette. Je ne suis pas fan de toutes ces conneries de zombies je dois avouer, rares sont les récits mettant en scène de si piteux ennemis, mais ici il n'est même plus du tout question de zombies! Ce n'est qu'un accessoire décor. Un prétexte. C'est les humains qui sont terrifiants (comme en vrai, oui je sais...). Vivre dans cet univers me parait comme vivre en temps de guerre sans aucun espoir de fin... Seul l'instinct peut pousser l'homme à résister face au désespoir. 

Alors est ce que ce renouveau de Walking dead vaut le coup? Oui, je pense, les émotions sont toujours présentes, le récit est horriblement bien rythmé, chaque moment est maitrisé. Il y a eu le Gouverneur, il y a eu Negan, il y a maintenant une masse sombre et menaçante sans nom et sans visages...

Scénario6.8
Illustrations6.5
Ambiance7.7
Rythme7.5
Cohérence7.2
Top-Ten-O-Mêtre7.3
Walking Dead, sans être un chef d’œuvre, a cette qualité de vous prendre aux tripes et de vous faire aimer ou détester certains personnages, mais également de vous faire aimer la vie, et même votre vie!
Bande Son Conseillée: Lou Reed / Magic and loss / Goodbye mass & Sword of damocles / 1992
7.2
Notes des lecteurs: (5 Notes)8.8

Recommandés

X