BLACK HOLE

blackhole-6Dans Black Hole de Charles BURNS, le lecteur suit l'itinéraire de quelques jeunes qui traversent leur adolescence, entre les hippies et David Bowie, tourmentés par une maladie sexuellement transmissible qui les fait muter (sur fond de rumeur, les protagonistes appellent cela la crève). Parabole sur l'éveil de la sexualité et le passage de l'adolescence vers l'age adulte, la série a acquis une certaine notoriété en France avec l'intégrale de 2005 (toujours chez Delcourt) et sa sélection pour le prix de la meilleure série à Angoulême en 2006 . Je reste pour ma part défenseur de l'ancienne mouture, qui reprenait l'intégralité sous six volumes doubles (paru entre 1998 et 2005)  reprenant simplement le format original, pour la beauté de leurs couvertures en couleurs mystérieuses et troublantes, ainsi que les doubles pages de revers de couverture avec des portraits d'ado avant et après  la maladie qui laissait un arrière gout de reportage réaliste (façon ARTE, pas D8). Ces deux éléments très forts graphiquement contribuaient grandement à préparer et immerger le lecteur dans un récit particulièrement intense.

Certaines images qui suivent peuvent choquer ou surprendre un public non averti (surtout les benêts) . Mais j'ai conscience qu'en écrivant cette phrase, cela ne fera qu'attiser leur intérêt. (La vie est ainsi faite), moi j'ai fait mon boulot de prévenance (pour la forme) patati et patata...

blackhole-3L'immersion est quasi instantanée, Charles Burns est monumental pour vous faire tomber dans ce mélange d'horreurs et d'angoisses adolescentes. La cruauté des autres, les doutes intrinsèques, les atermoiements improductifs et sans fin, le sentiment de perdition, la chute irréversible vers l'inconnu...   le bon Charles a un souvenir étrangement fidèle de la pire période de notre vie. On bascule sans cesse d'une situation à une autre comme dans un bon film de Robert Altman, mais avec des ellipses à la David Lynch.

blackhole-4Et si l'ami Charles est doué pour vous tenir en haleine , graphiquement il est loin d’être manchot! Les planches en Noir & Blanc sont absolument magnifiques! Quel maîtrise dans l'encrage mais également dans le séquençage.. Ma pire angoisse en parcourant Black Hole pour la première fois était que tout cela allait se terminer lorsque la dernière page du dernier numéro serait atteinte.

blackhole-1Les cauchemars et moments oniriques sont merveilleusement dépeins et contribuent grandement à rendre ce run de 12 épisodes unique en son genre et absolument essentiel pour tout amateur de comics sortant des sentiers battus.

[icon name="headphones" class="" unprefixed_class=""] Bande Son Conseillée:Tom Waits / What is he building in there? / 1999 ou Joy Division / Love will tear us apart / 1980

 [icon name="book" class="" unprefixed_class=""] 6*60 pages | [icon name="calendar" class="" unprefixed_class=""] 1998-2005 | Collection DELCOURT

Recommandés

X