HARD BOILED

hard-boiled-1Du fin fond de ma collection de comics, Hard Boiled, de Geoff Darrow et Frank Miller m'a sauté dessus hier soir. Les deux premiers numéros en V.O. grand format, tels des sirènes, m'ont hypnotisé par des chants pour m'amener à eux. Cela faisait longtemps que je n'avais pas plongé dans l'univers délirant de Geoff Darrow. Quelle claque à nouveau : Dès les premières planches je revois nettement pourquoi cet artiste m'a toujours fasciné. Dire que ces planches fourmillent de détails est un doux euphémisme, il faut le voir pour comprendre. Ce mec est complètement barge, ses obsessions se voient page après page.

hard-boiled-3Prenez Hergé (oui, le papa de Tintin), je ne sais pas ce qui passerais par la tête de celui qui ferais ça, mais mélangez-le avec Moebius (oui, le papa du major Grueber) , ensuite donnez lui des acides en masses en lui expliquant que c'est pour une expérience, puis faites le regarder l'intégrale de David Lynch, et en même temps écouter Autechre. A ce moment vous lui faites tenir un crayon devant une feuille blanche et vous observez, je pense que c'est comme ça qu'on obtient un Geoff Darrow.  Je ne sais pas si le scénario a une quelconque importance le cas présent, mais excusez du peu, c'est quand même de Frank j'ai révolutionné les comics à moi tout seul Miller dont on parle. Et voir le personnage de Hard Boiled déchiqueté par les balles et par des bagnoles lancées à plein gaz et par la trentaine de murs qu'il a traversé, lancer un "Mon nom est Nixon, je suis un collecteur de taxes" est réellement génial. A essayer absolument dans une vie.

Le genre d'image qu'on oublie pas facilement.

Le genre d'image qu'on oublie pas facilement.

Recommandés

X