ADRIAN TOMINE : OPTIC NERVE

optic-nerve-1Lorsque le matin, je cherche mes viennoiseries  à la boulangerie de quartier, je tombe très souvent sur les mêmes scènes: ma voisine du dessous en peignoir entrain de fumer ses clopes sur son balcon, puis un peu plus loin en marchant, à l'intérieur d'un immeuble, à travers deux fenêtres successives en rez de jardin, se côtoient côte à côte deux scènes où dans une première je vois un black de profil face à sa télé en train d'engloutir goulûment son bol de céréales, et à la suivante, une jeune fille blonde, de dos, qui fait face à son armoire et qui s'habille... Chaque fois que j'ai vu cette scène, tout était exactement à la même place, à tel point que l'image du dos nu de la fille et du profil du gars sont parfaitement fixés dans mon esprit.

optic-nerve-3Les matins où je ne la vois pas s'habiller sont presque troublant pour moi. Que fait elle? Pourquoi n'est elle pas là maintenant? Que se passe t-il dans sa vie pour que sa routine en soit changée? Lui est il arrivé quelque chose de grave? Mais au delà de ça, quel est son nom, sa vie? Verrais-je un jour son visage? Connait elle son voisin qui adore les céréales et les chaînes infos du matin? Se rencontrent ils de temps en temps lorsqu'ils ferment leurs portes d'entrées respectives? Se parlent-ils? Et si les deux fenêtres étaient reliées par l'intermédiaire du même appartement? Et si c'est le cas, et qu'ils forment un couple, pourquoi ne prennent ils pas leur petit déjeuner ensemble? Bref vous l'aurez deviné, il ne se passe rarement rien dans ma tête. Si vous me comprenez c'est que les histoires d'Adrian Tomine sont faites pour vous aussi.

optic-nerve-4Les comics de Tomine sont souvent composés d'histoires banales du quotidien des vrais humains. de leurs pensées, discussions, peurs et angoisses, mais aussi rires, souvenirs...Certaines histoires s'imbriquent entre elles, d'autres non, certaines sont courtes d'autres plus longues...mais il y a toujours cette émotion contenue sous-jacente de l'observateur avisé du fond de la classe, qui répertoriait presque inconsciemment les comportements des autres pendant les années de lycée et qui aime penser à leurs vies en dehors du milieu public connu.

IVcover15Adrian Tomine ne semble pas détester les gens,  même les plus ignobles, il semble plutôt fasciné par leur mouvement dans la vie, et la façon dont tout cela fonctionne. Graphiquement classique mais très agréable visuellement, c'est au niveau de l'ambiance que tout se joue d’après moi... certaines histoires laissent comme un goût amer dans la bouche... Mais j'aime ce goût, il me donne l'impression d’être vivant...encore un peu.

optic-nerve-6Pour commencer, si cela vous intéresse, prenez un classique: "Loin d’être parfait" en français, si vous accrochez, développez avec des essais plus obscurs et immergez-vous dans cet univers troublant et fascinant. "32 stories" recueil des jeunes années où il s'auto-éditait (enfin s'auto-imprimait serait un terme plus juste) , "Summer blonde" (blonde platine en français) , "Sleepwalk" ,"Scenes from an impending marriage" où Adrian raconte de façon hilarante, en format strip, les semaines précédant son propre mariage ou le très récent et encore non traduit en français "Killing and dying" vous persuaderons définitivement qu'il s'agit d'un auteur majeur des dernières années (sinon démenez vous pour trouver la collection complète des Optic Nerve -formats originales- reprenant l'ensemble de l’œuvre sous son format premier). De toute façon, si vous en arrivez là, c'est que vous faites partie du club des personnes qui se demandent à quoi ressemble cette blonde de dos que je vois chaque matin, et qu'il est temps pour vous d'adorer Adrian Tomine .

optic-nerve-5

1 comment

  1. Renkovic 1 décembre, 2015 at 10:32

    « Killing & Dying » est désormais traduit en français: « Les intrus » chez Cornelius…

Recommandés

X