PLANETARY

planetary-2

Elijah Snow, personnage emblématique.

Financée par un homme dont on ignore jusqu'à l'identité, l'organisation spéciale Planetary réunit plusieurs équipes de terrain, dont celle du « Batteur » et des agents Jakita Wagner et Elijah Snow. Pour le bien de l'humanité, ou par simple curiosité, ces trois archéologues de l'étrange arpentent l'univers dans le but de lever le mystère sur une série de phénomènes paranormaux. Parmi leurs rivaux, un groupe de métahumains leur donne du fil à retordre, déterminé à utiliser les secrets ancestraux pour leurs propres intérêts.

Le genre d'images que l'on aime trouver dans Planetary.

Le genre d'images que l'on aime trouver dans Planetary.

Un pitch simplissime pour un plaisir maximum. Warren Ellis (Trees, Hellblazer, Moon Knight...) s'éclate à nous conter les aventures de ces trois agents très spéciaux. Un des titres phares du feu label Wildstorm, et l'une des deux plus grandes œuvres (avec Transmetropolitan) de l’iconoclaste Warren. John Cassaday aux dessins est plus régulier qu'à l'accoutumée, et l'ensemble nous immerge dans une ambiance absolument unique.

planetary-3Le nom du comics, Planetary, est sans doute une référence à la célèbre revue française Planète, créée dans les années 1960 et qui s'intéressait notamment à l'occultisme et à l'ufologie, (à l'étrange en général) thèmes constituant justement l'influence première de la mythologie de ce comics. En effet, on apprend dans le deuxième tome que Planetary est également le nom d'un guide publié annuellement et confidentiellement par l'organisation, recensant ses découvertes.

Des dessins soignés du père Cassaday.

Des dessins soignés du père Cassaday.

Partant du postulat que le monde est étrange, peuplé de monstres gigantesques, de savants fous, de fourmis géantes, de cosmonautes perdus dans l'infini, de justiciers masqués, de fantômes vengeurs, de complots militaires et de secrets ancestraux, l'organisation Planetary a pour vocation de mettre à jour ces secrets, et parcourt le monde pour rassembler les informations et cartographier tous les mystères que des décennies ont dissimulés. Elijah, dernière recrue, remplace le précédent "troisième homme" tout cela rend l'immersion du lecteur plus réelle encore, car la découverte de ce monde par ses yeux, ses actes et ses mots se fait à chaque épisode (Ensuite le procédé narratif se renverse de façon fascinante afin de rendre Elijah tout aussi étrange et rempli d'un passé aussi riche et quasi-infini que l'organisation elle-même).

Des putains de belles couvertures.

Des putains de belles couvertures.

Planetary fait partie de ce genre d'ouvrage où le complexe se marie avec l'étrange, nouant au passage des alliances avec notre esprit pour nous persuader que l'humanité suit un grand dessein. Et cela fonctionne autrement mieux que le regard perdu de ce bébé vu ce matin dans la rue en sens contraire, brinquebalé dans sa poussette, à une allure bien trop vive et oscillant de trajectoires entre le trop à gauche puis le trop à droite, car maman n'utilise qu'une seule main, l'autre étant trop occupé à maintenir son portable léopard tout contre son oreille. Dans ces cas là, le grand dessein humain me parait moins palpable.

Chaque épisode nous pousse plus loin dans les méandres de l'esprit torturé de l'auteur, Planetary faisant partie de cette sorte de comics rare, qui plus on avance, plus on est captivé (à l'instar d'un Fables par exemple), chaque nouveau concept est déroutant ou génial... Prévenez votre entourage avant de vous lancer dans cette lecture, car Planetary est un ensemble de 27 épisodes à lire d'un trait pour ne surtout jamais sortir de cet univers génial entre X-Files, Philip K.Dick et The tree of life.

[icon name="book" class="" unprefixed_class=""] environ 200 pages | [icon name="calendar" class="" unprefixed_class=""] 1999/2004 | Collection SEMIC books puis PANINI
Scénario8.3
Illustrations7.5
Rythme8.2
Ambiance8.3
Cohérence8.1
Top-Ten-O-Mêtre8.5
Planetary est un subtil hommage à la culture populaire du vingtième siècle (Godzilla, Reservoir dogs, James Bond, Tarzan, Doc Savage, les pulps...) mâtiné d'une intrigue globale et d'une recherche sur le mystérieux quatrième homme, généreux donateur permettant à l'association de fonctionner. D'un épisode à l'autre, les points de vue changent, l'ambiance également. Le tout est tellement agréable à découvrir que je finirais simplement par ces mots empruntés à l'un des personnages: "On garde ce monde étrange car c'est comme cela qu'il est supposé être."
Bande son conseillée : Radiohead / 15 Steps & Weird Fishes / 2008
8.2
Notes des lecteurs: (5 Notes)9.1

Recommandés

X