BANNER

banner-1

Le colosse de jade sème la terreur sur son passage et l'armée américaine est plus que jamais déterminée à mettre un terme à la folle équipée du héros.

banner-2Imaginez un instant qu'on puisse balancer un Bruce Banner (aka Hulk) sous drogue sur une ville ou une région qu'il faille raser, comme on lancerait une bombe atomique d'un B-52 pendant une guerre. Et cela en toute discrétion. Mais qu'avant l'impact, un Hulk déchaîné et empli de fureur, lui fasse place. Le résultat étant d'ailleurs bien plus spectaculaire qu'une bombe lambda. L'armée n'aurait alors plus qu'à constater les dégâts, blâmer une catastrophe naturelle ou bien tout bêtement l'infortune d'avoir été sur le chemin du monstre vert, et récupérer la paquet après coup, soit un Banner hébété, reprenant lentement conscience une fois de plus, au milieu de la destruction et des gravats. Seul un cerveau dérangé pouvait concevoir une telle chose (ou la rencontre de deux) et une telle utilisation de ces deux personnages. Et bien Brian Azzarello et Richard Corben l'ont fait ! Les illustrations absolument uniques de Corben sont perturbantes sur le personnage, mais fonctionnent génialement une fois l’œil adapté (tout comme sur Hellblazer : Hard Time), le ton banner-4froid et cynique d'Azzarello tape dans le mille, les dialogues sont malsains et glaçants. Par moment l'action tourne un peu en rond, mais la mini-série en quatre partie est un régal à parcourir, et ce jusque dans les dernières pages, avec quelques moments absolument géniaux, notamment ce Banner se réveillant dans un halo de lumière après transformation, et réalisant peu à peu, ce qui s'est passé autour de lui (de nombreuses victimes) ou cette scène où il tente de se tirer une balle dans la tête pour en finir avec sa malédiction (je vous laisse découvrir la suite).

Décapant et frais.

banner-3

[icon name="headphones" class="" unprefixed_class=""] Bande son conseillée : Deus / Worst case scenario / Let's get lost / 1994

Recommandés

X