WOLVERINE

wolverine-3

Couverture culte et splendide.

Wolverine se rend au Japon à la recherche de l'élue de son cœur, Mariko Yashida, récemment mariée par son père, Lord du clan Yashida. Il espère la convaincre de rentrer avec lui, et s'y prenant mal, fonce tête première dans une confrontation avec son père qui ne lui apporte qu'une défaite cinglante et le déshonneur aux yeux de sa bien-aimée. Lorsqu'il se réveille de son humiliation, tout ce qui a de la valeur à ses yeux est perdu. Encore faible, il est sauvé de quelques simples agresseurs par une femme.

wolverine-5

Des compositions de virtuoses.

Magnifique ouvrage passé à la postérité il y a bien longtemps, ce récit en quatre parties de Chris Claremont (X-Men) et du sombre Frank Miller (Daredevil, 300, Sin City) marque le début d'une nouvelle ère pour le mutant griffu. Si aujourd'hui tout a été dit sur ce personnage (trop ?) il n'en est pas ainsi en 1982, et la claque de voir le petit canadien dans une aventure en solo, laisse une telle marque sur la joue du lectorat qu'il paraissait totalement naturel que sa propre série arriverait un jour ou l'autre. C'est ce qui s’appelle faire entrer le loup dans la bergerie.

Logan dans un film de Kitano...

Des palanquées de ninjas.

Des palanquées de ninjas.

A la lecture d'aujourd'hui, un vrai plaisir s'en dégage encore, ce charme dans la narration empreint de réel et de films d'art et d'essais si emblématique des compositions de Miller. Entre la symbolique du poseur ultime et un opus de Wong Kar-Wai. Quand Logan (oui je l’appellerai toujours ainsi) se prend un pain dans la tronche par un mec dans un bar, il morfle grave... (ah je regrette ce temps-là). Le récit est également totalement immergé dans une ambiance japonisante, ce qui tranche nettement avec le décorum habituel des X-Men, mais laisse planer un vent frais sur un personnage encore un peu abrupt. Les quelques couleurs en fond de planches sont déroutantes et tranchent vivement avec les silhouettes sombres parfois lointaines, mais elles font le charme de ce récit qui ne peut laisser insensible aussi bien sur la qualité intrinsèque que sur sa valeur historique.

Un incontournable qu'on lit et relit avec beaucoup de respect à condition de supporter les ninjas par paquet de douze.

Scénario7.4
Illustrations7.7
Rythme7.8
Ambiance7.9
Cohérence7.9
Top-Ten-O-Mêtre7.8
Un classique par deux auteurs au sommet de leurs périodes. Un personnage redéfinit pour toujours. Une ambiance qui tranche avec ce qu'on attendait de Wolverine. Un Logan faillible et attachant. Du bon comics d'une époque où l'on pensait que l'on pourrait gérer l'overdose à venir.
Bande son conseillée : The Chemical Brothers / Dig your Own Hole / Electrobank / 1997
7.8
Notes des lecteurs: (0 Notes)0

Recommandés

X