BLACK WIDOW : PALE LITTLE SPIDER

Black_Widow-4

Visuellement, les dynamiques sont bien fichues.

Dans le civil, elle s’appelle Yelena Belova. Sur la scène super-héroïque, on la surnomme la Veuve Noire. Et elle se le répète à longueur de journée, espérant se convaincre qu'elle est digne de celle qui l'a précédée sous le même costume, Natasha Romanov. Voilà bien des années déjà que cette dernière a quitté l'Union Soviétique pour s'installer aux États-Unis où, personnage aux mille facettes, elle a été tour à tour partenaire de Daredevil, mercenaire au service du SHIELD et brièvement leader de l'équipe des Vengeurs. Alors que Natasha est vite devenue une véritable légende vivante, dont les origines restent encore aujourd'hui mystérieuses, sa remplaçante apparaît comme une pâle imitation, dont le gouvernement russe, désireux d’avoir une nouvelle veuve, tente de polir ce diamant encore brut, afin d'obtenir un équivalent à son agent prodige.

Black_Widow-3

Un petit côté Almodovar ?

Ce récit de Greg Rucka (Wonder Woman, Queen & Country, Gotham Central ) et Igor Kordey (X-Men, Cable, Soldier X ) ne m'avait pas particulièrement emballé à sa sortie en 2003, à tel point que je l'avais un peu abandonné dans ma bibliothèque avec l'idée assez arrêtée que j'étais en présence d'un épisode plus que moyen des aventures de la plus charismatique des espionnes russes de l'univers Marvelien. Je ne comprenais pas bien l’intérêt de ces trois épisodes qui me semblait nettement dispensable et je bloquais sur la laideur des illustrations de Kordey, qui semblait avoir mangé du Corben en boîte périmée pour réaliser cette production. Quelques dix ans plus tard, mon jugement est plutôt différent. Les dessins sont plus qu'acceptables et collent parfaitement à Black_Widow-2l'ambiance nauséeuse de l'histoire (toute l'action se passant dans les milieux sado-maso russes), l'ensemble bien que souffrant d'inégalités possède un style bien affirmé, et le scénario, court et simple, a pour but de poser un ancrage sur la montée en puissance de Yelena dans son rôle, et de la façon dont son entourage gère la situation notamment ses doutes récurrents de ne pas être à la hauteur de "l'ancienne veuve". Dommage simplement que de nos jours, et ce principalement à cause des films, celle-ci soit totalement passée aux oubliettes au profit de la sensuelle rousse incarnée par Scarlett Johansson.

Un petit récit sympathique, franc du collier et bien ficelé qui concoure à poser le mythe de la veuve. J'ai juste été long à la détente.

Black_Widow-5

Yelena n'a clairement pas la classe de Natasha, mais c'est ça qui est bon.

X