GHOST RIDER

ghost-rider-6Robbie Reyes élève seul son frère handicapé, travaille dans un garage, évite les bagarres et fait ses devoirs. Cherchant une échappatoire à cette vie difficile et désireux d'offrir davantage à sa famille, ce lycéen de Los Angeles participe à une course de voitures illégale... Mais alors que celle-ci ne se passe absolument pas comme prévu, il va devenir subitement le quatrième Ghost Rider de l’ère moderne, succédant à Johnny Blaze, Danny Ketch et Alejandra Jones.

Étrange sensation que laisse cette nouvelle mouture de Ghost Rider : Si de nombreux visuels sont surprenants et fort bien réussis (voir ci-dessous), l'ensemble apparait plutôt comme très moyen...Mais ce n'est pas ce qui me déplait le plus: En effet malgré de nombreuses bonnes idées, le récit, loin de décoller, s'embourbe dans un traitement à la limite du ridicule. Si les montées de l'histoire sont parfois traitées de façon intéressante (je pense notamment à la première apparition de son alias de Ghost Rider après la fusillade dans cette impasse), elles restent gâchées par des raccourcis simplistes à tout bout de champ, comme cette façon de montrer la vie de tous les jours du héros et ses ennuis récurrents qui s’enchainent, comme Lionel Messi enquillent les dribbles chaloupés. C'est au mieux capillo-tracté, au pire amené avec la finesse d'une moissonneuse-batteuse Albanaise des années cinquante.

Parfois, le résultat est génial. (parfois seulement).

Parfois, le résultat est génial. (parfois seulement).

Tout cela me fait diablement penser au traitement de la nouvelle Miss Marvel vu il y a quelques temps, dans la même ligne éditoriale "MARVEL NOW"... Se serait ça leur fil conducteur now ? On prend quelques vieux personnages qu'on dépoussière à la va-vite, on les assaisonne à la sauce communautaire (latinos pour Ghost Rider, musulmane pour Miss Marvel), on applique un filtre visuel étrange, entre le filiforme et le miroir déformant... Pour l'intrigue, on se dit que c'est accessoire, on dépêche un gros vilain (Docteur Hyde ? Mais que fait-il là ?) un peu tiré au hasard de l'inspiration scénaristique (lui semble avoir été choisi juste pour ses grosses dents... Non ! Il ne suffit pas de prendre un gros balèze pour un faire un ennemi à la hauteur... Syndrome dit du Spiderman/Juggernaut-précédent) et on bâcle la fin comme si absolument tout le monde s'en fichait.

ghost-rider-4Bravo Marvel, c'est du propre ! Le scénario est signé Felipe Smith (bien qu'il soit apparemment plutôt bon illustrateur au vue des couvertures qu'il a signé pour l'occasion) et les dessins (extravagants et inconstants) sont de Tradd Moore (Luther Strode). Enfin je dis scénario, je devrais plutôt parler de pitch au mieux, car pour moi la centième histoire où l'intrigue repose sur des pilules sortis d'un labo d'un scientifique fou et qui donnent des pouvoirs démesurés, me donnent envie d’arrêter clairement de lire des comics et de me mettre au curling (désolé pour les fans). Tout cela est bien tristoune, car on sent qu'il y avait un potentiel chez les auteurs, mais bon...

Pour finir, je vais paraitre réac' mais franchement question charisme, on va de mal en pis pour les alias de Ghost Rider... Rendez-nous Old good' Johnny Blaze ou Daniel Ketch au pire (ah les illustrations de Javier Saltarès et Mark Teixeira !). Mais par pitié arrêtez le massacre avec ces avatars simplistes et édulcorés, un peu mou du bulbe, destinés aux écervelés de 10 ans fans de Fast & Furious.

ghost-rider-1

Scénario5.1
Illustrations5.7
Rythme5.2
Ambiance5.1
Cohérence2.7
Top-Ten-O-Mêtre5.3
Triste revamp d'une franchise sympathique, pas pire que la précédente certes, mais pas de quoi bondir de joie. Si les couvertures sont parfois belles, comme les dessins intérieurs par moment, on s'ennuie tout de même fermement avec des histoires manichéennes à la limite de la niaiserie... À oublier.
Bande son conseillée : Black Mountain / In The Future / Tyrants / 2009
4.9
Notes des lecteurs: (3 Notes)4.4

Recommandés

X