ALL NEW DAREDEVIL

dd-4Daredevil revient à Hells'Kitchen sous un costume différent, tandis que la carrière de son alter ego, Matt Murdock, prend un nouveau départ. A présent épaulé par Blindspot, jeune immigré en situation irrégulière ayant embrassé la vocation de protéger notamment les personnes dans la même situation que lui, l'homme sans peur va devoir combattre l'implacable Dix-Doigts et ses vieux adversaires de la main. Retour au source pour ce personnage mythique de la Maison des idées après l’intermède Mark Waid-Chris Samnee, DD revient dans une version plus sombre et plus conforme à nos attentes.

Un peu de Frank Miller dans ces planches...

Un peu de Frank Miller dans ces planches...

Cette nuit a été compliqué pour moi... dans mes rêves j'ai arpenté les pistes cyclables sablonneuses d'Alep (en Syrie pour les fâchés avec la géo ou l'actualité) à la recherche d'une station service pour soulager ma vessie. Ce qu'il y a de fascinant (outre le fait que j'avais retrouvé le vélo que mémé m'avait offert et que j'avais réussit à perdre il y a quinze ans), c'est que les dites stations était rares (voir inexistantes pour l'occasion). Si mon subconscient s'est ainsi conformé à la réalité, pour notre héros ici présent il en va de même: Hell's Kitchen est la définition même d'une rue sombre et de multitudes de situations dangereuses et réelles... La version précédente de DD bien plus légère, autant sur le scénario que sur l'ambiance visuelle, bien qu'agréable à lire, me paraissait au mieux comme un agréable intermède, mais ne correspondait pas à ma vision du personnage tel que je le fabriquerais dans mes rêves...aussi mon premier constat est celui ci: je suis heureux que Matt soit revenu dans son ambiance noire-glauque-merdique ou il serre les dents et en chie!

Le vétéran Ron Garney (Rampaging Hulk, Captain América, Men of Wrath) fait un sacrément beau boulot, et la lente montée en puissance de ces illustrations sur ces dernières années se fait sentir fortement. Elle était déjà appréciable sur son Men of Wrath, ici elle passe encore un cap qualitatif. Beau découpage, et langage visuel élaboré, finitions aux petits oignons, sa copie est propre. Charles Soule quant à lui (déjà vu sur Death of Wolverine, Star Wars: Lando, Red Lantern, Letter 44 ), est souvent sérieux et appliqué, bien que je ne puisse à ce jour lui attribuer aucun travail qui m'aurais laissé pantois. A noter que Charles Soule est scénariste de comics mais également avocat, ce qui vu l'univers de Matt Murdock, lui laisse le crédit de produire des aventures de circonstances.

dd-1Le problème avec DD c'est qu'on s'attend toujours a quelque chose d’exceptionnel. Après les périodes Miller, Nocenti/Romita Jr, ou plus récemment Bendis-Maleev, puis Brubaker voir dans une moindre mesure Quesada-Smith,  l'espérance est donc à chaque fois de la partie pour le début d'une nouvelle saga que l'on imagine emblématique... Ici on est loin d'en être certain, même si certains éléments nous laisse penser qu'on part sur des bonnes bases, il y a tout de même certaines ombres au tableau: pas de fait majeur dans les premiers épisodes, comme une routine agréable mais sans plus...Un peu comme si on ne m'avait pas filé la promotion que j’espérais au taf, mais que le même jour un collègue avait néanmoins ramené une tournée de pains au chocolat sans prévenir... Comme une maigre compensation faisant suite à un dépit important. On finit par se contenter d'un petit rien en se disant qu'il faut néanmoins en profiter. Difficile en somme de se prononcer sur le résultat de ce reboot de Daredevil, le doute reste sournoisement de mise (dans les deux sens, car il ne manque peut être pas grand chose). Par contre ce costume revu pour l'occasion ?! (post Secret Wars, il y a comme cette règle implicite que chaque héros retravaille son costume ou son attitude ou son environnement...bizarre... Ont-ils l'obligation d'un processus qualité? une certification quelconque par un auditeur?) avec ses deux D pourris et cette petite flamme qui s'en échappe...mais, mais..c'est quoi ce design? c'est Matt qui s'est amusé  à faire cette petite fantaisie? bon d'accord il est aveugle, mais quand même...argh, frustrant.

En conclusion pour trancher, il faudra définitivement dévorer le tome suivant pour savoir si ce run restera dans les annales ou s'il viendra compléter la horde des oubliés.

PS. Pour ceux qui trouvent déplacés ou pénibles mes références à mes rêves, sachez que c'est une consigne du Dr Boom, notre guide spirituel et psychiatre à tous ici à TTC, qui a exigé de nous, je le cite: "mettez-y du cœur les enfants, impliquez vous davantage émotionnellement dans vos tests et vos pépites...", à bon entendeur...

PS 2: La séance avec le Docteur Boom coûte 43 euros et n'est pas remboursé pas la sécurité sociale.

[icon name="book" class="" unprefixed_class=""] 120 pages  | [icon name="calendar" class="" unprefixed_class=""] 2016 | Panini Collection 100% Marvel

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Scénario6.5
Illustrations7.1
Ambiance6.7
Rythme6.8
Cohérence7
Top-Ten-O-Mêtre6.9
Pas grand chose à reprocher à ce travail sérieux, si ce n'est le supplément d’âme espéré avec ce personnage. On attendra néanmoins le tome suivant pour se faire une idée de la hauteur des ambitions des auteurs (et de leurs talents).
Bande son conseillée: Mogwai /Take Me Somewhere Nice / 2001
6.8
Notes des lecteurs: (1 Note)5.9
X