CIVIL WAR II

civil-war-2-4Un mystérieux nouveau personnage attire l'attention des principaux protagonistes de l'univers Marvel à l'orée de cette nouvelle saga, Ulysse nouvel inhumain possédant le pouvoir de prédire les événements futurs. Cette possibilité d'entrevoir le possible (un possible?) divise les héros Marvel qui se demandent comment l'utiliser au mieux, avec Captain Marvel  d'un côté qui souhaite stopper les crimes avant qu'ils ne se produisent, et Iron Man de l'autre, convaincu que la sentence ne peut pas être exécutée avant le crime. Si le synopsis laisse penser que ce débat divise les héros, il divise également les membres de la rédaction: vraie bonne production ou vingtième Event attrape-nigaud d'affilé?

White Noise Maker: "des débuts soignés et prometteurs"

Marquez, un nom qui va compter...

Marquez, un nom qui va compter...

Qu'est qu'on recherche dans un comics? Quelles sont les clés efficaces pour pouvoir vibrer à sa lecture? Des bons dialogues, une situation originale si possible, de l'intensité, de l"émotion, de la cohérence, un ensemble maitrisé tant au niveau du rythme de narration que des illustrations... un peu de suspens ne fait jamais de mal non plus.. quelques moments surprenants mais pas uniquement...Un peu de tout cela et l'ensemble prend souvent bonne tournure... après ne reste que la magie, l'impalpable, le fait que la mayonnaise prenne ou pas...c'est ce qui sépare généralement les bonnes productions des moments géniaux...Ici après la lecture du premier épisode, il est difficile de nier que la production est de qualité. Les trois dessinateurs des épisodes constituant ce premier mensuel sont sérieux et appliqués: On connait le talent d'Olivier Coipel (cocorico!), on va dire que Jim Cheung fait le taf, et David Marquez élève son niveau de jeu au point de se présenter comme un futur grand, quelque chose dans son trait, sa précision et son réalisme me fait d'ailleurs penser à John Byrne à ses débuts. Coté scénario, nous ne sommes pas en reste, Brian Michael Bendis (Alias, Daredevil, Avengers...) n'en est pas à son coup d'essai, mais ici, loin de ses défauts récurrents (des dialogues parfois interminables et qui tournent sournoisement en rond au point de rendre l'action ridicule) ne sont pas présents: c'est frais, bien écrit, vif, incisif... du bon boulot, de la belle ouvrage.

Avec la présence du mot War il faut comprendre présence de foultitude de héros...

Avec la présence du mot War il faut comprendre présence de foultitude de héros...

Alors bien évidemment tout n'est pas rose: j'ai trouvé cela étrange pour ne pas dire incohérent que se soit Tony Stark qui soit dans la position du personnage qui prône la non intervention et la non exploitation du talent de devin du jeune homme, lui qui semble plutôt répondre au dogme "la fin justifie les moyens", mais on finit par s'y faire...Et puis j'avais une sacré pression en entamant le récit: depuis quelques mois, le doute s'était emparé de moi, je ne savais plus trop si je devais poursuivre cette collection insensée de fascicule entamée il y a 38 ans et dévorant la place d'une pièce entière dédiée à cela chez moi (et ma consentante et patiente compagne) ou me contenter d'en lire la quintessence uniquement, à ce titre Civil War II avait valeur de tournant décisif. Ma foi, le test est passé, j'ai vibré en le parcourant un peu fébrile et après tout je trouverai bien un moyen d'en stocker 10000 autres...(soupir). Civil War II est peut être le meilleur Event de Marvel depuis un bout de temps et ça fait plaisir.

Renkovic: "un rapport du morbide et du mercantile troublant"

Visuellement c'est frappant.

Visuellement c'est frappant.

Je rebondis sur cette affirmation du White Noise Maker et veut bien lui accorder un certain crédit , le problème c'est que le bougre n'est pas rancunier ni dans la vie ni dans son analyse, et moi si! En plus j'ai de la mémoire.. Lui a grandit avec comme modèle Captain América et moi Dents de sabre. Si effectivement l'impression d'ensemble de ce premier numéro est globalement plus positive que la ribambelle des Events précédents, c'est que le niveau a été plutôt catastrophique ces dernières années, avec en tête de liste un Siège sans contenu, un Sin affligeant et un Secret Wars foutraque et inutile.  Merde, j'ai encore mal à la tête rien d'y penser. Sur le fond tout d'abord, il s'agit d'une opposition tiré par les cheveux, dire que Tony Stark ne rentre pas dans la peau du personnage qu'on veut lui coller, est une gageure. Comment ont il pu le choisir comme figure de proue pour défendre cette opinion? Bendis n'a sans doute pas compris quelque chose. C'est au mieux simpliste, manichéen et pas si subtil.

Au niveau de l'originalité,  dans le genre Minory Report-like, il y a un run de Hulk, par Peter David et Dale Keown où l'on se posait déjà la même question (Delphi, oracle du panthéon, pouvait voir l'avenir et avait une vision d'un enfant qui allait devenir un pseudo Hitler, ce qui provoquait une scission entre certains protagonistes sur l'action à mener en conséquence). De là à embrigader l'ensemble des super héros dans une opposition totale... Et puis pourquoi Iron Man s'agite t'il à ce point là? Dans le scénario il semble dire que si l'on avait pas agit de la sorte, rien ne serait arrivé.. cela ne vous semble pas étrange comme point de vue? Ce qui arrive n'est pas vraiment imputable à la situation, mais plutôt aux circonstances hasardeuses et non maîtrisés de l'action qui en découle. Je ne vois pas bien ce que Captain Marvel a fait de faux en écoutant Ulysse.. Je trouve cela moyennement crédible, mais c'est un détail, car on peut toujours se dire qu'il agit sous le coup de l'émotion. Cela laisse un drôle de gout d'inachevé dans la bouche mais je préfere néanmoins attendre la suite du récit pour parler de cohérence.

civil-war-2Sur la forme ensuite, et là je suis plus gêné: la maison des idées nous a fait un paquet de fois le coup de "je démarre fort et mon récit s'écroule et les situations s’enchaîne parfois sans queue ni tête", je pense notamment à un World War Hulk dont le pitch était attrayant et dont la résultante était anecdotique. Bien évidemment écrire de telles histoires n'est pas chose aisée, mais j'ai la sensation que Marvel manie l'ensemble avec de très grosses ficelles mercantiles avec ce point de départ qui semble être prévu dans le but espéré d'être porté à l'écran un jour ou l'autre. Tout cela pour en venir a ce qui me dérange le plus: cette sensation que l'on exploite le sensationnalisme de tuer des personnages historiques pour attirer le badaud. Et vas y que je t'en promet deux au prochain épisode.  C'est à ça qu'on en est réduit? Tout cela pour les faire revenir de toute façon... Avec comme une forme de cynisme ultime de voir réapparaître sans aucune explications en début de récit, un personnage tué il y a peu, dans un Event précédent ...

Eilez Nervous Leg comme juge de paix:

 Mec sans moi Civil War 2 là c'est insupportable.

Sinon ce midi on fait quoi?

 

Scénario5.8
Illustrations6.5
Ambiance6.3
Rythme6.1
Cohérence6.3
Top-Ten-O-Mêtre6.2
Comment dire? C'est pas trop notre cam de se faire vendre des crossovers ou maxi-events à la suite... ça nous rappelle que des mauvais souvenirs... Des putains de dialogues interminables dans un comic shop des années 90 où on me refilait des badges DC ou Marvel selon notre camp (long soupir) à des bouquins interminables que l'on s'acharnait de finir parce que sinon notre connaissance de la continuité s'en trouvait altérée... Putain c'est dur de vieillir et de devenir chiant sur la qualité.
6.2
Notes des lecteurs: (0 Notes)0

Recommandés

X